UA-78112543-1

  • JE VEUX SOUTENIR LES ACTIONS DE L'APF !

    Campagne APF 2012

    L'Association des Paralysés de France se bat depuis près de 80 ans pour que les personnes en situation de handicap et leur famille soient considérées comme des citoyens à part entière et puissent vivre comme tout le monde, avec tout le monde.

    L'APF agit chaque jour pour recréer du lien social, faire progresser l'accessibilité, défendre les droits des personnes en situation de handicap (droit à revenu décent, accès à l'école, à l'emploi, à un logement adapté, aux soins médicaux...), lutter contre les discriminations et les situations discriminantes (voyage dans des conditions inacceptables, tarifs d'assurance plus élevés à cause du handicap, refus d'un emploi, accès difficile au crédit...), faire évoluer le regard sur les personnes en situation de handicap et combattre les préjugés (campagnes nationales, nombreux événements locaux).

    APF DELEGATION DE LA NIEVRE

    BD LEON BLUM

    58000 NEVERS

    E-MAIL: dd.58@apf.asso.fr

    03.86.71.67.00

  • Jean-Marie Barbier, invité de France Inter

    Mercredi 7 novembre, Jean-Marie Barbier était l’invité de Guillaume Erner pour l’émission Service public sur France Inter consacrée à la vie sexuelle des personnes handicapées. Un thème inspiré par une tribune de la juriste Marcella Iacub où elle s’interrogeait sur le devenir des désirs non satisfaits.

    Entouré du psychanalyste Serge Efez et de la réalisatrice Diane Maroger, Jean-Marie Barbier y a rappelé l’objectif de l’association CH(s)OSE de faire avancer le débat public sur l’assistance sexuelle
    et expliqué la position de l’APF. « Ce que nous demandons, dans le cadre actuel de la législation, notamment sur la prostitution,
    c’est qu’elle permette une exception, a-t-il dit. On nous oppose souvent l’argument de vouloir légaliser la prostitution.

    Évidemment, la prostitution contrainte est une violence,absolue. Mais est ce que la violence est moins forte quand il s’agit d’expliquer à
    la personne en situation de handicap que la vie affective et sexuelle, ça ne sera pas pour elle ? »
    Pour réécouter l’émission :
    http://www.franceinter.fr/player/ reecouter?play=494437

  • Cumul pauvreté et handicap,l'inacceptable déni ! Jean-Marie Barbier Président de l'APF

    Le cumul des réalités handicap et pauvreté peine depuis trop longtemps à être reconnu par les pouvoirs publics. Nous venons
    donc d’adresser au gouvernement notre contribution sur le sujet,
    dans le cadre de la Conférence de lutte contre la pauvreté et pour
    l’inclusion sociale des 10 et 11 décembre, dont nous sommes
    scandaleusement exclus ! ( Dernière minute. A l’heure où nous bouclons ces pages, nous apprenons que l’APF participera finalement à une table-ronde de la Conférence de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale).

     La précarité s’installe en effet trop souvent et sans revirement possible dans la vie des personnes en situation de handicap. Elle revêt de multiples formes : forte proportion de travailleurs pauvres et ressources insuffisantes pour les personnes ne pouvant accéder à l’emploi, augmentation des dépenses de santé les visant de plein fouet, problématique de l’accès au logement et plus généralement aux dispositifs sociaux, faute de coordination des acteurs des secteurs social et médico-social.
    Ayant rejoint le collectif Alerte, nous revendiquons l’indexation des minima sociaux, dont l’AAH, sur la base de l’augmentation du prix d’un panier de consommation correspondant aux dépenses courantes des ménages en dessous du seuil de pauvreté.
    Car la précarité frappe également fortement les personnes en situation de handicap qui conservent une capacité de travail : temps partiel, voire très partiel, obstacles multiples dans les parcours professionnels qui finissent trop souvent, dans les faits, par avoir raison de leur détermination.
    D’où un taux de chômage qui augmente de façon alarmante, deux fois plus que pour le reste de la population en un an.
    Ainsi l’écart se creuse entre le vécu des personnes en situation de handicap et la vision édulcorée des pouvoirs publics, qui tendent à en faire des « privilégiés » sur le plan des ressources ! À nous de nous battre pour que l’écart ne devienne pas rupture et de nous faire entendre coûte que coûte !


    Jean-Marie Barbier, Président