UA-78112543-1

  • Vous êtes un proche d’une personne en situation de handicap


    Vous êtes un proche d’une personne en situation de handicap
    (conjoint(e), frères / sœurs, grands-parents)
    Vous êtes préoccupé et/ou intéressé par un de ces thèmes :
    1) L’aide humaine, sous l’angle de l’impact de la présence d’un proche sur le nombre d’heure
    accordé au titre de la PCH et des répercutions du fonctionnement actuel des services d’aide à
    domicile sur les conjoints et la fratrie.
    2) L’impact du handicap sur les ressources de la famille : les éléments non pris en compte par la
    PCH (aide domestique…) et les « reste à charge » qui obligent à des choix budgétaires et une
    répartition des tâches qui pèsent sur la famille.
    3) La prise en compte du proche par le monde médical : quelle est la place du proche vis-à-vis
    du monde médical lors du parcours de soin ?
    4) Les mesures de précaution à prendre si vous disparaissez avant la personne en situation de
    handicap.
    Sachez qu’il existe, au sein de l’APF, un groupe d’élus qui a choisi ces thèmes comme
    premiers thèmes de travail.
    Il s’agit du groupe des proches, l’un des trois groupes de la commission nationale politique de la
    famille (CNPF), actuellement composé de 9 membres élus par les adhérents pour une durée de
    3 ans, tous conjoint(e) ou frères / sœurs d'une personne en situation de handicap.
    Les principales missions du groupe des proches sont de :

    •  Porter les réflexions et revendications spécifiques aux proches d'une personne en situation de handicap.
    •  Apporter, dans les actions de l’APF, leur regard de proche.
    •  Participer à une meilleure prise en compte des proches au sein de l’association.

    Vous pouvez prendre contact avec nous, nous sommes à votre écoute pour toute suggestion,
    demande, proposition ou communication de travaux, y compris sur d’autres thèmes.
    Par mail : gn.proches@apf.asso.fr ou par téléphone : 01 40 78 69 75

  • Legs, donations, assurances-vie : l'APF donne la parole à ses bienfaiteurs

  • PROJET DE LOI ADAPTATION DE LA SOCIÉTÉ AU VIEILLISSEMENT Les personnes en situation de handicap attendent des MDPH à la hauteur de leurs besoins !

    Alors que le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement est voté à l’Assemblée nationale aujourd’hui, l’Association des paralysés de France (APF) maintient ses inquiétudes vis-à-vis des Maisons de l’autonomie (MDA) et tient à rappeler ses fortes attentes par rapport aux Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

    Si l’association salue certaines mesures - rapport sur la prise en compte de la suppression des barrières d’âge concernant l’octroi d’un droit à compensation et création des Conseils départementaux de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA) - elle n’en demeure pas moins inquiète sur le manque de moyens des MDPH qui occasionnent de nombreux dysfonctionnements ne permettant pas de répondre aux besoins et attentes des personnes en situation de handicap et de leur famille.

    Ainsi, l’APF demande d’urgence l’amélioration des moyens et du fonctionnement des MDPH pour que ces dispositifs d’accès aux droits puissent remplir leurs missions conformément à la loi handicap du 11 février 2005.

     

    Tout d’abord, l’APF tient à saluer deux mesures précises du projet de loi : l’élaboration d’un rapport sur la question de la suppression des barrières d’âge concernant l’octroi d’un droit à compensation et la création des Conseils départementaux de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA) qui était une demande des associations représentatives des personnes en situation de handicap. L’association reste cependant vigilante sur le modèle de ce dispositif. En effet, ce dernier doit être conforme aux prérogatives et missions du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) c'est-à-dire être un organisme consultatif saisi et qui s’autosaisi de toutes les questions concernant les politiques du  handicap. Les CDCA doivent garantir ce modèle et l’adapter aux politiques locales du handicap et de l’avancée en âge.

     

    L’APF est toutefois très préoccupée par les dysfonctionnements et difficultés des MDPH qui pénalisent quotidiennement les personnes en situation de handicap et leur famille. Ainsi, la priorité est de permettre à ces dispositifs d’accès aux droits de répondre aux besoins réels des personnes en situation de handicap et ceci dans des délais convenables.

    Car aujourd’hui les constats sont alarmants : le nombre de demandeurs en 2013 et 2014 explose ; les délais d’instruction des demandes sont très longs (jusqu’à 18 mois d’attente) ; les plans de réponses sont inadaptés et ne correspondent pas aux besoins des personnes occasionnant de très lourds restes à charge : 80% des évaluations de situation sont réalisées sans que la personne soit vue ni entendue par les équipes de la MDPH, etc.

     

    Aussi, afin d’améliorer et de consolider le fonctionnement des groupements d’intérêts publics (GIP) MDPH, l’APF demande la mise en place des Contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM) votés dans la loi du 28 juillet 2011 tendant à améliorer le fonctionnement des MDPH. Ces CPOM sont la garantie des engagements et des apports financiers des différents co-contributeurs et acteurs concourants au fonctionnement des MDPH (État, conseils généraux, GIP MDPH et CNSA).

    Or, les décrets d’application de cette loi du 28 juillet 2011 n’ont jamais été publiés, rendant la mise en place des CPOM impossible ! L’APF demande donc la publication de ces décrets d’application d’urgence.

     

    Enfin, l’APF souligne que ce ne sont pas les Maisons de l’autonomie (MDA), prévues dans le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement, qui vont pouvoir répondre aux préoccupations et besoins des personnes. S’orienter vers un dispositif qui sacrifie les uns pour mettre en place des dispositifs d’accès aux droits au rabais pour les autres, et au final, pour tous n’est pas la solution !