UA-78112543-1

  • Handicap et service civique ...

    Le gouvernement va prochainement lancer une campagne pour inciter davantage de jeunes handicapés à s'engager dans des missions de service civique, qui va leur être ouvert jusqu'à 30 ans au lieu de 25 ans 

    Avec comme objectif d’accueillir 70.000 jeunes en service civique fin 2015 et  150.000 début 2017 ,le ministre de la Jeunesse a estimé lors d’un point presse que cette progression ne devait « pas laisser sur le bord du chemin les jeunes en situation de handicap ». Ils réaliseraient actuellement seulement 0,5% des missions de service civique.

    La  secrétaire d’État aux personnes handicapées, a souligné qu’un amendement à l’ordonnance sur l’accessibilité repoussait à 30 ans l’âge limite pour les jeunes handicapés, comme annoncé à la Conférence Nationale du Handicap en décembre 2014.

    Dès son adoption définitive, le gouvernement lancera une campagne d’information pour faire connaître ce changement aux jeunes, et aux structures susceptibles de les accueillir.

    Le président de l’Agence nationale du service civique, va veiller à améliorer leur accueil : adaptation du site internet de l’agence, formation de tuteurs, information des structures accueillantes. Celles-ci peuvent désormais percevoir des financements du Fonds d’insertion pour les personnes handicapées dans le secteur privé (Agefiph), comme du fonds destiné à la fonction publique (FIPHFP). Le service civique a accueilli en 5 ans 375 jeunes handicapés, dont 150 l’an dernier et probablement plus de 200 cette année, a précisé M. Chérèque. « Nous pouvons faire beaucoup mieux. »

    Parmi six jeunes conviés au ministère de la Jeunesse, Marine-Jade, 26 ans, a expliqué qu’elle souffrait d’un handicap psychique entraînant une grande fatigabilité. Lorsqu’elle a effectué son service civique l’an dernier à la Ligue de l’enseignement à Paris, ses horaires ont pu être limités à 24 heures par semaine. 

    Source : http://www.lagazettedescommunes.com/

  • Enfants handicapés et ARS ...

     

    Allocation rentrée scolaire

     

    Pour la première fois en 2015, les parents de jeunes enfants handicapés, ayant atteint l’âge de 6 ans mais restant scolarisés en maternelle, y ont aussi droit. Il s’agit là d’une "mesure d'équité qui met fin à une situation qui pouvait être préjudiciable à la bonne intégration à l'école des enfants en situation de handicap", précise le ministère des Affaires sociales dans un communiqué.

    Suivez le lienAllocation de rentrée scolaire (ARS) : désormais ouverte aux enfants handicapés même scolarisés ...

  • Le livret d'accueil est pourtant obligatoire !

    le livret d’accueil a été rendu obligatoire par la loi du 2 janvier 2002 dans tous les établissements et services médico-sociaux.

    • Qu’il devait être remis par le gestionnaire à toute personne accueillie ou à son représentant légal au moment de la signature du contrat qui la lie à la structure.

    Son objectif étant d’informer la personne accueillie sur l’organisation et le fonctionnement de l’établissement, de garantir l’exercice des droits des usagers et de prévenir tout risque de maltraitance.

    Certes, il peut être adapté en fonction de la nature de la structure, de son organisation, de son activité et des personnes accueillies, mais son caractère obligatoire demeure.

    Pourtant suite à notre billet un père nous a écrit que dans l’établissement ouvert depuis 10 ans où réside son enfant, une lettre de la direction déclare : << le livret d'accueil n'est pas réalisé à ce jour car il n'était pas dans les priorités. En effet, il ne reprendrait que la charte des droits et libertés et des informations mentionnées dans le règlement de fonctionnement et le contrat de séjour et il n'a d'utilité que pour les personnes candidates à l'admission alors qu'il n'y a eu que deux places depuis l'ouverture. >>

     

    A vous de conclure, mais cette réponse n’en est pas moins édifiante.. Alors comme nous vous le conseillions en juin, s’il ne vous a pas été remis : Parents ! Réclamez le livret et parlez-en, ce sera peut-être l’occasion d’un premier contact avec d’autres familles